Les Bri-Co en détail

Quatre phases sont nécessaires au bon déroulement des BRI-Co :

 

Description du contenu des activités et projets:

La phase de démarrage et d’expérimentation à Bruxelles d’une méthodologie déjà mise en pratique en Wallonie comprenait la réalisation de deux BRI-Co en 2018. La commune de Saint-Gilles a été choisie pour accueillir ces deux expérimentations, l’une se tenant dans le bas de la commune, place Bethléem, traditionnellement plus populaire, et l’autre dans le haut, place Morichar, un quartier encore considéré comme « difficile » il y a quelques années mais qui a vu, depuis, sa population et ses équipements largement renouvelés. La volonté étant, comme on l’aura compris, de dresser un état de ce qui « rassemble » et de ce qui « sépare » dans un cas comme dans l’autre en matière de réparations et les méthodes pour y parvenir.

 

Ces BRI-Co basent en effet leur intervention sur la question de la réparation, une thématique certes polysémique et très ouverte dans son acception, mais qui présente surtout l’intérêt de ne laisser personne de côté. Chacun peut s’emparer de la question : « Si l’on devait réparer quelque chose demain, par quoi commencerait-on ?», en proposant des exemples de matières et de choses à réparer, allant des plus triviales et concrètes aux plus politiques et philosophiques, ce qui n’est pas vraiment le cas de la question : « Si l’on devait améliorer quelque chose demain, par quoi commencerait-on ? » qui suppose, pour y répondre, de disposer d’un capital culturel autorisant cette prise de risque politique.

L’horizontalité de la question permet de rentrer en relation, à partir d’éléments tangibles et objectifs, avec ces publics précisément en demande et en attente de réponses tangibles et objectives.

Précédent
Suivant