Liste des projets et des actions réalisées

 

Liste des projets et des actions réalisées

2014, c’est le début de Stop TTIP/CETA

Le projet

2015, c’est Stop TTIP/CETA au fond

Le projet

Formation en plaidoyer citoyen

2016 : des nouveaux chantiers s’ajoutent au Stop TTIP/CETA

Organisation de séminaires

2017 : La Charte et les nouveaux chantiers de la MPEVH

La charte

Les nouveaux chantiers de la MPEVH

Contacts:

 

2014, c’est le début de Stop TTIP/CETA

Le projet

La Maison du Peuple d’Europe (MPE) a commencé ses activités en 2014.Au début, il s’agissait de mettre en réseau d’un           côté, la multitude des progressistes et démocrates qui habitent en Belgique,

  • souvent groupés dans les syndicats et les asbl nationales actives dans les domaines tels que le social, les droits de l’homme, le développement transsectoriel de la société civile, la participation des citoyens, ainsi que dans les mutuelles, les entreprises coopératives et celles de l’actionnariat salarial, 

et d’un autre côté, les décideurs européens, 

  • à savoir les Parlementaires belges qui s’occupent des affaires européennes, les  Ministres et Secrétaires d’Etats chargés des politiques européennes, ainsi que les Euro-députés.

Le but de cette Maison du Peuple d’Europe était ainsi de soutenir les objectifs européens poursuivis par les syndicats et les associations citoyennes progressistes et démocratiques établies en Belgique et ailleurs, afin de faciliter l’émancipation des travailleurs européens, de faire de pression au niveau législatif et politique pour améliorer le bien-être et la qualité de la vie de tous les citoyens résidant  en Belgique, et de développer une vision sociale et démocratique           de la société européenne.

Afin de mettre en pratique ces finalités, les premières actions de la MPE se sont inscrites dans le cadre des activités que les mouvements citoyens  belges commençaient à développer en 2014 en matière de commerce international, et notamment au sujet des accords de libre échange avec les Etats-Unis (TTIP). La MPE a contribué à insérer d’abord l’Initiative Citoyenne Européenne (ICE) « Stop TTIP » à l’agenda des débats nationaux et ensuite, an raison du rejet de cette ICE de la part de la Commission, à impliquer les citoyens belges dans l’adhésion et la signature d’une ICE « Stop TTIP » auto-organisée.

2015, c’est Stop TTIP/CETA au fond

La Maison du Peuple d’Europe s’est focalisée en 2015 surtout autour aux sujets liés aux accords de libre échange (ALE). 2015 a été l’année de réunions, tables rondes, pétitions, manifestations, lettres à des députés, messages dans les médias, initiative citoyenne européenne, interpellations communales, formations, actions de combat, visites à des élus, actions juridiques, visite dans des écoles ou des associations, suivi des actions par les politiques. Tout cela a trouvé une  synthèse dans un projet annuel de formation en plaidoyer citoyen.

Le projet

Une formation hebdomadaire en lobbying  citoyen a été mise en place afin de donner les outils nécessaires aux citoyens pour agir sur le processus décisionnel (local, régional, fédéral et européen). Les séances de formation théorique ont été complétées par des exercices pratiques, dans une logique permanente d’échange et de réflexions communes.

Suite au bilan des formations réalisées en 2015, un nouveau programme de formation en plaidoyer citoyen, se substituant au programme de formation en lobbying citoyen mais incluant quand même des formations sur la maitrise d’éléments en lobbying citoyen, a été élaboré pour l’année 2016.

Compétences en plaidoyer citoyen 

Ce programme a pour objectif de former des citoyens à l’exercice de la démocratie participative. L’apprentissage se construit autour de la communication des revendications citoyennes auprès des conseils communaux, parlements régionaux, fédéral et européen.

 A l’issue de la formation, les participants doivent être capables de mobiliser d’autres électeurs et associations pour faire entendre leurs voix au sein du processus législatif. En tant que « lobbyistes citoyens », les participants seront en mesure de rédiger et diffuser des propositions d’amendements et des communiqués de presse. Ils auront également les compétences pour organiser des débats.

Plusieurs ex-lobbyistes de l’industrie ont travaillé avec la MPEVH au développement d’un programme et à l’animation des séances.

Trois axes ont été définis :

1.       Définition d’une position commune.

2.       Transformation de la position « citoyenne » en position « politique » destinée aux acteurs politiques et institutionnels locaux, nationaux, européens.

3.       Expression orale publique et écrite pour présenter ses positions à un public varié (citoyens, personnels politiques et institutionnels, etc.).

 

2016 : des nouveaux chantiers s’ajoutent au Stop TTIP/CETA

 

1.      La définition des activités de la MPEVH

La MPEVH a commencé ses activités depuis avril 2014 en visant, entre autres, la mise en place d’outils de démocratie participative et le soutien aux citoyens et aux associations citoyennes actives en Belgique. A cette fin, la MPEVH a organisé un programme de « formation en lobbying citoyen », appellation qui a suscité du scepticisme chez certains citoyens. A l’issue d’un débat mouvementé, la MPEVH a opté pour le titre “formation en plaidoyer citoyen”.

2.      La mis en place d’un nouveau chantier : l’immigration

Conformément aux décisions prises par l’assemblée générale ordinaire et les extraordinaires qui ont suivi en 2015, l’assemblée générale ordinaire du 26 mai 2016 a établi la mise en place d’un nouveau chantier concernant les migrations, qui va s’ajouter au chantier initial de l’ASBL, TTIP/CETAi.

Organisation de séminaires

Deux séminaires ont été organisés en 2016 :

–          Quelle organisation, quelle influence pour le citoyen ? Plaidoyer & Lobbying citoyen (le 12/04/2016)

–          Atelier Citoyen : Droits fondamentaux et commerce international (le 29 ocobre 2016)

2017 : La Charte et les nouveaux chantiers de la MPEVH

La charte

Trois Assemblées générales ont été nécessaires pour écrire la Charte de la MPEVH. A la troisième, la question fondamentale où il faut trouver le consentement concerne surtout l’élimination ou le maintien de la phrase ci-dessous, soulignée en bleue marin.

 En ce qui concerne la conciliation, par exemple, entre les impératifs de la défense de la société démocratique et ceux de la sauvegarde des droits individuels, la MPEVH adhère au principe que tout changement de la législation ou des structures légales ou constitutionnelles de l’Etat soit promu à deux conditions : premièrement, les moyens utilisés à cet effet doivent être légaux et démocratiques et, deuxièmement, le changement proposé doit lui-même être compatible avec les principes démocratiques fondamentaux. Ces principes comprennent e.a. l’indépendance entre la sphère politique et religieuse, qui s’oppose à une immixtion directe d’une autorité religieuse dans le processus législatif.

Les nouveaux chantiers de la MPEVH

1.      Changeons la narration de l’immigration

Ce projet a mobilisé les intelligences citoyennes pour élaborer une nouvelle narration de l’immigration et il a mis en pratique les méthodes du plaidoyer citoyen afin de rendre des citoyens visibles (les voisins des maisons occupées par des personnes sans-papiers) et invisibles (des personnes sans-papiers qui occupaient des maisons vides), capables de savoir comment :

1)      impliquer les communautés locales dans l’accueil et l’intégration des migrants et notamment, des personnes sans-papiers. 

2)      bâtir des histoires positives de la migration pour contribuer à diffuser un meilleur message sur le potentiel de la migration pour nos sociétés

3)      transmettre ces messages à la fois au sein des conseils communaux où se trouvaient des maisons occupées par des personnes sans-papiers, et au sein des institutions européennes, notamment en participant au 3ème Forum européen des migrations.

2.      Processus social et démocratique. Pour un espace public citoyen(composant du projet « Pays dans le Pays » des Actrices et Acteurs des Temps Présents)

Ce projet prévoit d’aller vers les habitants et de les ramener à la participation citoyenne. Tout ce travail d’impulsion démocratique et citoyenne se fait autour des places, en impliquant une population de 5000/6000 habitants, composés par des personnes physiques et des personnes morales. Ce projet prévoit aussi d’aller frapper à la porte des habitants pour qu’ils s’impliquent dans l’espace citoyen.

Il s’agit d’un projet élaboré par la Maison du Peuple d’Europe en coopération avec les “Acteurs des Temps Présents” de Bruxelles et la locale « Tout Autre Chose » de Saint Gilles.

 Ce projet vise à la participation de tou-te-s et de chacun-e dans le fonctionnement  démocratique et social de la vie en commun: un fonctionnement et une participation auxquels le projet entend associer et impliquer plus spécifiquement les publics les plus précarisés.

3.      Désignation par vote du porte-parole européen des personnes sans-papier de Belgique

L’expérience développée pendant le 3ème Forum de la migration a conduit la MPEVH à prendre conscience d’abord de la nécessité de bien former la personne sans-papier que la MPEVH fait entrer aux Forums européens des migrations et ensuite de l’importance que cette personne ne soit pas isolée pendant qu’elle travaille au sein des institutions européennes.

Après avoir constaté aussi que la personne sans-papier qui travaillait au sein des institutions européennes ne recevait pas la reconnaissance et la légitimité des réseaux organisés des sans-papiers de Belgique, la MPEVH a décidé de réorganiser la présence d’un représentant des sans –papiers dans une toute autre façon.

C’est ainsi qu’en 2017, la MPEVH a décidé de passer par l’élection d’un porte-parole et son adjoint et rattaché de presse.

4.      Formations en plaidoyer citoyen

Nos activités en plaidoyer citoyen suscitent l’intérêt d’autres réseaux associatifs.

La MPEVH a été invitée à donner pour 2018 une formation afin de transmettre son savoir-faire aux membres du CA de Via Campesina.

Une autre demande de formation se prépare pour la fin de 2018, le début de 2019, afin de donner aux responsables associatifs de Justice et Paix, une ONG spécialisée sur les migrations.

En 2019 et en 2020 on prévoit une hausse de ces demandes.