LA PAGE DES INSTITUTIONS EUROPÉENNES

  Réponse au manque de proximité 

Les débats nationaux relatif à l’Union européenne manquent de proximité du fait du sentiment qu’on ne maîtrise pas la manière dont les décisions sont prises au niveau européen et, du fait aussi de la conviction que seul le niveau national est proche des citoyens.

Toute question posée au sujet de l’Europe est par conséquent davantage analysé et jugé au niveau national. Et de fait, la participation aux débats sur l’Europe reste limitée à une élite.  Certes, l’information est accessible, mais la multitude des progressistes et démocrates européens qui composent le « peuple européen », souvent groupée en réseaux associatifs proches des citoyens, peinent à lui transmettre les débats et les échanges d’informations et d’opinion.

En conséquence, les politiques européennes annexes et connexes au Marché intérieur, au social, à l’environnement, à la culture et éducation, à la liberté de circulation des personnes, semblent toutes tombées du ciel, et les eurocrates ont donné l’impression d’imposer leurs volontés aux gouvernements nationaux, démocratiquement élus.

Cette représentation existe parce que n’existent pas d’outil relai tel que la Maison du Peuple européen.

Un exemple : avant que le Parlement européen n’ait adopté la directive sur la libéralisation du service postal, Alain Hutchinson, euro-député PS, avait lancé une pétition à l ‘attention des membres du Parlement que nombreux étaient les citoyens européens qui attendaient de leurs représentants d’empêcher cette proposition de directive. Cependant, il n’avait collecté que 127 813 signatures sur toute Europe parce les réseaux associatifs n’avaient pas répondu à son appel. Ces réseaux se sont en revanche « réveillés » , mais trop tard, après que la directive ait été approuvée par le Parlement européen pour être traduite ensuite en une loi belge.

L’existence d’une Maison du Peuple d’Europe aurait pu transmettre à temps le message de Hutchinson aux syndicats et aux asbl nationales agissant dans les domaines du social, du développement transsectoriel de la société civile progressiste et la participation des citoyens, pour qu’elles organisent des débats sur ce sujet européen dans leurs entités locales et sectorielles.

La Maison du Peuple d’Europe peut ainsi résoudre des problèmes concernant :

  • La fiabilité des sources d’information à utiliser par les asbl dans leurs débats
  • La mobilisation des informations et des opinons européennes
  • Un relai de transmission des opinons issues des débats de niveau local et/ou sectoriel vers le Parlement européen.
La Maison du Peuple d’Europe est la réponse au sentiment de manque de proximité parce qu’elle peut donner les moyens pour maîtriser les décisions prises au niveau européen.
  • La Commission Européenne
  • Le Conseil de l'Union Européenne
  • Le Parlemet Européen