Maison du Peuple d’Europe

The Community House of Europe

For a civic and united Europe 

 

COLLOQUE DÉFENSE EUROPÉENNE MPEVH – S€D / ORGANISATION ET SUBSIDES PV2 Réunion du 10 février 2022

DEF EUR MPEVH – S€D / 2


Défense Européenne

PV Réunion du jeudi 10/02/2022 et Feuille de route

COLLOQUE DÉFENSE EUROPÉENNE MPEVH – S€D / ORGANISATION ET SUBSIDES

Libérer la parole sur un sujet aussi déterminant tout en suscitant l’intérêt du citoyen

Etaient présents
1. Joseph Mbeka
2. Abolfazl Beheshti
3. Joan Delaney
4. Ryan Camara
5. Emile Debroise
6. Saïd Chatar
Absents
1. Nur De Vrim
2. Michel Dardenne
3. Pietro Emili
Retards
1. Ryan Camara
Excusés
1, Pietro Emili
2, Rayan Camara

Rappel :

Le colloque citoyen autour de la question de la défense européenne s’organisera en une journée et verra 200 personnes répartis en 10 groupes de 20 personnes débattre sur les différents sujets. Plusieurs intervenants devront être présents afin d’apporter leurs expertises. Politiques, chercheurs mais également les militaires qui souhaitent être inclus dans le débat, du fait de leurs expertises sur le sujet (à l’instar des virologues, médecins, etc pour la lutte contre la crise sanitaire covid-19). A la fin de ce colloque une déclaration reprenant les différentes conclusions sera faite.

Société Européenne de Défense (S€D), qui est une AISBL regroupant des citoyens européens qui n’hésitent pas à donner de leur temps et de leurs moyens pour relancer l’Europe politique et l’Europe de la défense, afin que les nouvelles générations d’Européens bénéficient elles aussi de la paix qui prévaut depuis 1945. Elle est notre partenaire pour l’organisation de ce colloque. Elle est présidée par Jean Marsia. (Auteur de ‘’Une constitution fédérale pour les États-Unis d’Europe. Pourquoi et comment ?’’). Favorable à une défense européehttps://mpevh.be/wp-admin/index.phpnne, visant à un fédéralisme européen.

Nous sommes revenus sur l’importance d’inclure la société civile dans ce débat, en effet depuis plusieurs années les citoyens sont confrontés directement aux conflits (attentats terroristes, accès à l’information sur les conflits, prise de conscience, etc). Il est donc primordial pour la MPEVH que le citoyen ait son mot à dire, qu’il puisse prendre ses responsabilités politiques sur ce sujet. Et devenir un adulte vigilant à la question de la défense et de la sécurité pouvant juger avec discernement les évènements.

Encore une fois l’optique de ce débat n’est absolument pas militariste mais dans une optique totalement permettant à tout le monde d’être représenté (société civile, militaires, politiques, et experts scientifiques).

Fin du rappel

Le but de cette réunion était de définir :
• Différents sujets qui pourront être attribués aux groupes de débat
• Une date pour la réunion de coordination avec la S€D
• Une potentielle date pour la tenue de ce colloque

Question de l’Ukraine et de l’OTAN

Le cas de l’actualité autour de l’Ukraine fut rapidement énoncé lors de cette réunion, car la place de l’Europe dans ce conflit est très complexe (d’un côté ou certains états européens (France et Allemagne notamment) veulent éviter qu’un conflit s’approche de leurs frontières, mais de l’autre côté ils sont liés via l’OTAN. Donc les États-Unis qui eux ont intérêts à ce que l’Ukraine rejoigne l’OTAN car cela représenterait une porte d’entrée sur la mer Noire et sur la Russie. Ce territoire est d’une grande importance stratégique à la fois pour la Russie et pour les États-Unis.

Cela a donc permis de soulever la question de l’OTAN qui est fortement en lien avec la défense européenne (possibilité de l’indépendance de l’Europe en matière de défense). Pourrait-on parler d’une sous-traitance de notre défense aux Etats-Unis ? Nous avons
également soulevé l’idée que l’Europe était un point extrêmement stratégique pour les États-Unis tout comme pour la Russie, nous aurions pour l’instant le rôle d’un Etat pivot.

« La France comme l’Europe ne comptent plus « guère » »

La rencontre entre le Président français Emmanuel Macron et le Président russe Vladimir Poutine a également été abordée, pour le sujet de la symbolique qui a entouré cette rencontre et ‘’l’humiliation’’ médiatique qu’a subi Mr. Macron. Notamment par la présence de la statue du Tsar Alexandre, seul avec Hitler à être entré jusque dans Paris avec son armée après avoir écrasé Napoléon le forçant à l‘éxile, n’ayant strictement rien à voir avec de soi-disant bisbilles pour un pseudo « test PCR humiliant »… En sus d’un protocole d’accueil minimaliste, comme seul décor d’une salle immense, vide, froide, où toute personne (journalistes) a été interdite, avec une table de distanciation kilométrique. Le rapport de pouvoir est violemment rappelé. L’humiliation ! La distance imposée par la table est bel et bien voulue en guise de message de rapport de force. C’est une action psychologique sans précédent dans l’histoire de la diplomatie moderne, et dont « L’Europe » doit tirer toutes les conséquences en matière de crédibilité sécuritaire. Elle est inexistante ! L’opération médiatique qui a suivi avec une photo tronquée restera un must de manipulation des médias pour sauver la face d’un président humilié comme jamais ! (L’Europe avec…)
(Voir photos ci-joints et les Angles qu’on ne nous montre plus)
Emmanuel Macron écrasé par la statue du Tsar. Message clair de l’inexistence d’une « Défense Européenne »

La crue réalité est qu’Emmanuel Macron a eu le temps de sentir sa douleur en marchant jusqu’à la table de l’humiliation où la France comme l’Europe ne comptent plus « guère ».
Une « exécution en règle » qui a le mérite de la clarté, et représente une interpellation sans fard à saisir pour l’autonomie stratégique de la Défense Européenne.

L’OTAN est pour la Russie un véritable problème (historique). En effet, lors de la chute du mur de Berlin, James Baker (Secrétaire d’Etat de Georges H. W. Bush) avait promis à Gorbatchev que les pays quittant le régime soviétique ne rejoindraient pas l’OTAN (Promesse orale). Pourtant dans la majorité des cas lorsqu’un pays rejoignait l’Union Européenne il rejoignait également l’OTAN. C’est pour cela que la Russie ne veut pas que l’Ukraine se rapproche de l’Europe.

Alors que les États-Unis et d’autres États de l’Otan invitent leurs ressortissants à quitter l’Ukraine, Joe Biden allant jusqu’à menacer de “répercussions sévères et rapides que subirait Moscou” en cas d’attaque de l’Ukraine – discours que désapprouve le président ukrainien car semant inutilement la panique au sein de sa population. La Russie pour sa part dénonce une “hystérie américaine à son apogée”. C’est dans cette tension palpable que s’inscrit l’urgence de notre colloque. Un momentum qui suscitera l’attention escomptée.

Historiquement, il est à relever que l’Europe a toujours défait les despotes sur son continent avec l’aide de la Russie. Qu’il s’agisse d’Hitler ou de Napoléon, le poids du grand frère russe a toujours été prépondérant si pas déterminant. L’alliance historique et géographique possède une logique contre laquelle, a terme, les USA ne pourront géographiquement pas grand-chose, à en croire cette seule observation !

Question énergétique

Par la suite, la question énergétique fut abordée car elle fait entièrement partie des enjeux politiques actuels. En effet, le pétrole se faisant de plus en plus rare, le gaz devient une énergie de plus en plus prisée (notamment par l’Allemagne qui n’a pas la possibilité du nucléaire). Le constat est là : plusieurs pays européens subissent une crise énergétique (menant à une crise sociale), suite à la courageuse décision de fermeture des centrales nucléaires dont on connaît l’épineux problème écologique des déchets nucléaires, aux débats houleux sur l’ouverture de nouvelles centrales, etc. Bien qu’énergie « décarbonée », il n’en demeure pas moins une énergie controversée, que Tchernobyl ne cesse de nous rappeler. Pour le coup, c’est un peu jouer à la roulette “russe”. Qui plus est, il est exclu de la famille des énergies renouvelables. Une “belle technologie”, certes, un danger permanent, très certes également. Une épée de Damoclès. La prochaine “catastrophe” lui sera fatale..

L’Europe se retrouve donc entre la Russie qui peut utiliser le levier du gaz pour faire pression et de l’autre côté l’alliance militaire de l’OTAN, et donc les États-Unis. L’Europe est donc doublement dépendante, d’un point de vue énergétique et militaire.

La question de l’Iran a également été abordée, car l’Iran pourrait également devenir un fournisseur de gaz pour l’Europe, ce qui ne serait pas dans l’intérêt de la Russie qui trouverait son influence diminuée. L’Iran pourrait transporter son gaz en Europe via Pipeline et ce via chemins :
-Territorial : Iran – Turquie – Grèce – Italie – Reste de l’UE
-‘’Maritime’’ : Mer Caspienne – Caucase – Mer Noire
Les deux chemins comportent des risques car passent par différentes zones contrôlées par différents pays, qui pourraient couper facilement l’approvisionnement en cas de conflit, plus particulièrement, la route du Caucase.

Comment subvenir aux besoins énergétiques de l’Europe ? (Energie verte et nucléaire)
Il est donc dans l’intérêt de l’Europe que l’Iran soit en mesure de leur proposer du gaz, cela entre clairement en opposition avec la stratégie des États-Unis (qui sont en conflit avec l’Iran : Assassinat du général Soleimani)

Retour Historique

Dans cette partie de la réunion nous avons longuement discuté de certains faits historiques pouvant nous aider à comprendre la situation géopolitique actuelle. Avec le déploiement en 2006 de radars en Roumanie ayant pour but de surveiller l’Iran mais qui auront également servi à surveiller la Russie, surprise par cette initiative de faire d’une pierre deux coups, étant donné que c’est à ce moment précis que la Russie aidait les troupes US pour leur ravitaillement et leur logistique, évitant de passer par la mer. C’est un moment charnière pour la Russie. (Prouvant que cette zone géographique comprenant l’Ukraine est stratégique à la fois pour l’OTAN et pour la Russie).

Nous sommes revenus sur les différentes tensions depuis la Guerre du Koweït, nous concentrant sur le fait que plus les tensions apparaissent plus on réagissait vite du côté des Etats. (Le paroxysme étant la déclaration de guerre ayant suivi les attentats du 11 Septembre 2001). Mais également de plus en plus violemment, laissant moins de place à la Diplomatie. (Exemple du président américain Biden, qui a déjà prévenu qu’une agression contre l’Ukraine ne serait pas impunie, et entraînerait des sanctions telles que la Russie n’en a jamais connues : Biden parlant de “répercussions sévères et rapides que subirait Moscou”…) Dans cette dynamique de tensions il est donc important d’avoir une réponse européenne.

Nous sommes également revenus sur l’importance de deux personnalités politiques de l’UE : Carl Bildt et Federica Mogherini qui sont d’avis qu’il faut une plus grande indépendance de l’UE. Nous rappelons également que l’Europe a permis plusieurs décennies de paix sur notre continent. (La mise en difficulté de son indépendance pourrait fragiliser cette paix ?)

Nous avons également parlé très brièvement du cas de la Chine (puissance égale à celle de la Russie et des États-Unis), et de l’importance qu’elle s’approche de l’Iran (ce qui permettrait un renforcement de cet État). Ce qui pourrait être à l’avantage de l’Europe. Questionnement à propos des alliances mondiales (Russie-Chine).

Pour la visibilité de l’événement, il est proposé de faire appel à des personnalités de tous les horizons.

Conclusion

Il y a énormément d’enjeux vis-à-vis de l’indépendance militaire de l’Europe. Et l’importance d’un débat public est grande, car cela permettra une transparence et permettra de repérer facilement des idéologies dangereuses ou néfastes à la paix en Europe.

Nous sommes également revenus sur le schéma proposé par Pietro Emili pour un organisme de défense européenne enrichi par Joseph avec l’intervention d’un parlement citoyen (tiré au sort) qui servirait de sécurité au sein de cette potentiel institution. A quoi Pietro a précisé une fonction essentielle du Conseil de Surveillance (collégiale, voir schéma), le pouvoir de convoquer les quatre composantes en cas de situation équivoque observée au sein de l’Etat-major de la Défense Européenne.

Thématiques

Après les différents sujets abordés plusieurs thématiques nous semblent intéressantes d’être proposées lors du colloque (elles doivent évidemment être affinées et la liste n’est pas finie).
• Quelles utilités pour une armée européenne dans le monde actuelle ?
• Armée européenne et OTAN : disparition de l’OTAN ? (Attention certains pays de l’ex URSS, sont très attachés à l’OTAN (protection vis-à-vis de la Russie).
• Quels sont les dangers militaires pour l’Europe ? (Havre de paix dans un monde en constante mouvance).
• Importance d’arriver à un équilibre des forces ?
• Indépendance stratégique et militaire de l’Europe ? Mais quid de l’indépendance énergétique ?
• Importance et risques d’un monde multipolaire (ou l’Europe serait un pôle (comme la Russie, les États-Unis et la Chine) et non plus un simple pivot subissant la vision géopolitique des autres puissances) ;
• Nationalisme des pays européens (un frein pour une vision commune ?)
• La vigilance citoyenne sur les différents conflits militaires.
• La notion d’une « Armée Citoyenne Européenne » comme vecteur favorisant la paix dans diverses partie du monde et sur son territoire. Aspect préventif.

Réunion de coordination avec la S€D :

Pietro Emili doit trouver une date dans les 15 jours pour cette réunion.

Date de la tenue du colloque :

La date retenue pour la tenue de ce colloque est celle du mercredi 27 avril 2022. Cette date permet à la fois de rester le plus proche de l’actualité vis-à-vis de l’Ukraine dans la limite du raisonnable lié à l’organisation de ce colloque (subsides, intervenants, etc) Mais également cela permet d’éviter la période électorale française qui va accaparer toute médiatisation. Cependant une réserve pour la date du jeudi 28 avril 2022 est notamment retenue.

Fin de la réunion

Un mot sur la salle :

Elle est très équipée pour tout ce qui concerne la communication, elle s’occupera directement de la sécurité et du catering. Il faudra cependant s’occuper du traiteur pour le repas.

Répartition des tâches 
1. Joseph Mbeka : recherche des subsides
2. Abolfazl : Organisation avec la salle
3. Joan : S’occuper d’invités des experts et des intervenants.
4. Pietro Emili : Contacter Jean Marsia pour organiser dans les 15 jours la réunion de coordination avec la S€D.
5. Ryan : Chargé de la communication

Début de la Réunion à 14h20 et fin à 16h50.
Le PV n°1 DEF EUR du 27/01/2022 fut adopté en début de séance.
Lors de la prochaine réunion nous devrons traiter :
• des autres sujets à proposer aux différents groupes du colloque
• du choix des invités et intervenants
• de la date de la réunion avec la S€D


Prochaine réunion : Jeudi 17 février 14h


Coordinateur de la cellule DEF EUR et correction du PV : Joseph Mbeka
Rapporteur de la présente réunion : Emile Debroise

Leave a Comment

Your email address will not be published.